Tribunes

La Fondation Scelles présente à L’ONU pour la lutte contre la traite des êtres humains à des fins d’exploitation sexuelle

Alors que chaque année, des millions de personnes tombent dans les mains de trafiquants et que la traite est devenue la deuxième activité criminelle la plus lucrative, avec des profits estimés à 150 milliards de dollars par an (OIT), l’Assemblée Générale de l’ONU se réunit le 27 et 28 septembre pour faire le point sur le plan global d’action contre la traite des êtres humains à travers le monde : quels progrès, quelles réalisations, quels défis, y compris dans la mise en œuvre des instruments juridiques ? La Fondation Scelles sera présente lors de cette assemblée pour faire valoir l’impératif de changement d’échelle dans les moyens mis en œuvre et la mobilisation des acteurs pour enfin inverser la tendance et réduire un phénomène qui ne cesse de prendre de l’ampleur.

 

 

Pas de diminution de la traite en vue

La multiplication des conflits armés et des zones d’instabilités, les séries de catastrophes naturelles et les difficultés économiques persistantes dans bon nombre de pays, poussent des millions de personnes à se déplacer, parfois à quitter leur territoire pour tenter de gagner « l’eldorado » occidental dans l’espoir d’une vie meilleure. Hélas, c’est sans compter sur l’ignominie des trafiquants et exploiteurs de toutes sortes qui profitent de cette « main d’œuvre » corvéable et désorientée à des fins de travail forcé, d’esclavage domestique et d’exploitation sexuelle pour en tirer des profits toujours plus élevés.

 

A lire >> Traite des êtres humains : Dispositifs législatifs et Nouvelles tendances

 

Aller au delà des consensus

Au cours de cette 72ème Assemblée Générale, le Secrétaire Général de l’ONU M. Guterres, le directeur de l’Office des Nations Unies contre la Drogue et le Crime (ONUDC), le Rapporteur Spécial du Conseil des Droits Humains sur la traite des personnes et des membres de la société civile engagés dans la lutte contre la traite des êtres humains, feront le bilan des objectifs fixés en 2010 et en 2015, sur la prévention, les outils de lutte, la mise en synergie des acteurs concernés et les perspectives à venir. Aujourd’hui, l’exploitation sexuelle représente encore les 2/3 de l’argent généré par la traite dans le monde (66 Milliards de dollars selon l’OIT) et ses victimes sont à 96% des femmes et des enfants (ONUDC). Au-delà du consensus sur le besoin de renforcer la lutte contre toutes les formes de traite, les gouvernements et les Nations Unies ne pourront continuer de faire l’économie de la question de la demande pour lutter enfin efficacement contre l’exploitation sexuelle. Comment envisager raisonnablement de mettre un coup d’arrêt à ce crime organisé tant que des femmes et des jeunes mineurs seront mis à disposition de personnes qui ne risqueront rien à acheter un acte sexuel ?

 

A lire >> Une résolution du Conseil de Sécurité pour condamner la traite des êtres humains dans les zones de conflit

«Stratégies pour lutter contre la prostitution et le trafic sexuel», la Fondation Scelles à New-York aux côtés de ses partenaires pour un événement exceptionnel

 

Pour un véritable changement d’échelle

Pour la Fondation Scelles, la lutte contre la traite sexuelle ne sera efficace qu’à partir du moment où des moyens globaux, à la hauteur des enjeux seront enfin mis en œuvre. Nous appelons à un véritable changement d’échelle ! Aujourd’hui 50 000 victimes de traite sont secourues chaque année dans le monde alors que leur nombre est estimé entre 20 et 30 millions. Va-t-on continuer de vouloir vider un lac avec une petite cuillère ? Tant que la question de la demande ne sera pas abordée par l’ensemble des acteurs concernés, les trafiquants, proxénètes et groupes criminels continueront de miser sur la rentabilité de la traite sexuelle. Evidemment, toutes les formes de traite doivent être combattues avec la plus grande vigueur. Mais si nous voulons des résultats probants et rapides, nous devons dépasser le stade de la prise de conscience et l’ONU, instance internationale, doit mettre les Etats et Gouvernements face à leurs responsabilités sur la question de la demande dans la prostitution.

 

A lire >> Lire le discours d’Yves Charpenel « Human Trafficking : A Crime Against the Dignity of Persons »

 

@Fond_Scelles

La Fondation Scelles dans la presse

  • (ES - Milenio) El ser humano no está a la venta
    El periodismo necesita inversión. Comparte este artículo utilizando los íconos que aparecen en la página. La reproducción de este contenido sin autorización previa está prohibida.
    El periodismo necesita inversión. Comparte este artículo utilizando los íconos que aparecen en la página. La reproducción de este contenido sin autorización previa está prohibida.