Actualités
Espace presse

logo horizontal fr

Propulsé par HelloAsso

Traite des êtres humains : une recrudescence chez les femmes et les enfants vietnamiens

66% des cas de traite dans le monde concernent la Sub-Région du Mékong. Le Vietnam s’alarme d’un trafic galopant de femmes et d’enfants notamment vers la Chine. Plus de 2 200 cas  de traite des êtres humains ont été recensés depuis 2011 par les autorités du pays. Autre fait alarmant : ce trafic se développe sous de nouvelles formes inquiétantes.

 

Traite des êtres humains

 

Augmentation et diversification des trafics

Pour le Ministère de la Sécurité publique vietnamien, le nombre de cas de traite des êtres humains découverts a augmenté de 11,6 % entre 2011 et 2015. Selon un rapport de la police nationale, 70% de cette traite est à destination de la Chine. Un trafic qui ne s’opère pas uniquement à des fins de prostitution mais aussi pour le travail forcé et les mariages achetés venant « combler » le large déficit de femmes par rapport au nombre d’hommes en Chine. La Police alerte également sur le développement de nouvelles formes de traite concernant des nouveaux nés, des fœtus, des trafics d’organes.

 

A lire aussi >>> L’exploitation sexuelle au Vietnam dans le rapport mondial de la fondation Scelles

 

Vers la Chine et les pays de la Sub-Région du Mékong

Les femmes et enfants vietnamiens victimes des réseaux de traite à des fins d'exploitation sexuelle sont également exploités au Cambodge, au Laos et en Fédération de Russie et les victimes peuvent être, à terme, envoyées en Thaïlande ou en Malaisie. En décembre 2014, une ressortissante vietnamienne qui faisait passer des femmes en Fédération de Russie a été condamnée à 10 ans de prison (Tuoi Tre News, 18 décembre 2014). En janvier 2015, une opération de la police de Malaisie a permis de sauver 136 femmes vietnamiennes exploitées sexuellement dans un night-club de Kuala Lumpur (Than Nien News, 4 janvier 2015).

 

Trafic de mariées et consentement familial

Les trafiquants sont autant des groupes organisés que des individus. Les recruteurs appartiennent souvent à la famille ou à l’environnement proche de la victime. Le consentement des proches de la victime est assez fréquent, qu'il soit actif ou passif. Le « trafic de mariées » constitue fréquemment la première entrée dans les réseaux d'exploitation sexuelle. Les mariages forcés se font majoritairement vers la Chine. La confiscation des papiers d'identité et la servitude pour dettes pour contraindre les victimes vietnamiennes à se prostituer sont des techniques largement répandues. Une enquête de l'Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) sur les victimes de traite dans la région du Mékong précise que les femmes sont souvent issues de minorités ethniques du nord du Vietnam (IOM, 2014)...

 

A lire aussi >>> L’exploitation sexuelle des minorités dans le rapport mondial de la Fondation Scelles

 

La Fondation Scelles dans la presse

  • (ES - Milenio) El ser humano no está a la venta
    El periodismo necesita inversión. Comparte este artículo utilizando los íconos que aparecen en la página. La reproducción de este contenido sin autorización previa está prohibida.
    El periodismo necesita inversión. Comparte este artículo utilizando los íconos que aparecen en la página. La reproducción de este contenido sin autorización previa está prohibida.