News
Espace presse

Lutte contre le système prostitutionnel : Le Sénat ralentit un processus inéluctable

abolition de la prostitution, un combat pour l'égalitéComme un pronostic déjà annoncé depuis le changement de couleur de sa majorité, le Sénat a, presque sans surprise, rétabli ce lundi le délit de racolage et supprimé la pénalisation du client dans la proposition de loi sur le renforcement de la lutte contre le système prostitutionnel. D’ailleurs, dans le nouvel exposé du texte, le terme de “système prostitutionnel” a été lui aussi retiré. Que ce soit pour des motifs réfléchis ou simplement pour marquer son opposition de principe à la majorité de l’Assemblée nationale et au gouvernement, la portée du message envoyé à la société est hélas irresponsable et désastreuse.

 

« Les clients sont rois »

Pour le Sénat donc, rien d’anormal à disposer du corps d’autrui. Puisqu’on vous dit que cet autre est consentant. Puisqu’on vous dit que si deux personnes passent un “contrat” d’un commun accord, alors c’est que tout va bien. C’est donc cela que l’on va pouvoir expliquer à nos jeunes. “Ok fils, pas de problème. Tu peux y aller, acheter et profiter. Puisqu’elle le veut bien. Puisque ton père, ton grand-père et ceux d’avant le faisaient déjà et que c’est permis…”. Nous ne nous faisons pas d’illusion sur le comportement des clients dans les semaines à venir. Déjà largement auteurs de bon nombre de violences envers les personnes prostituées, combien de fois faudra-t-il le rappeler, certains clients vont continuer de se croire tout permis. Nous appelons d’ores et déjà les parlementaires à être des observateurs attentifs et vigilants sur ce point. Et si on pousse la logique un peu plus loin, on imagine aussi aisément que les réseaux se frottent déjà les mains et vont pouvoir réinvestir largement sur le territoire français de manière rapide et pragmatique dans les tous prochains jours. Tout le contraire de la lenteur, volontaire ou non, du processus législatif qui nous a fait attendre 16 mois depuis le vote largement favorable et transpartisan de cette proposition de loi en décembre 2013 à l’Assemblée Nationale.

 

Vulnérables et coupables...

Non content d’avoir laissé les acheteurs dans l’impunité, le Sénat a également préféré maintenir le délit de racolage, que pourtant toutes les associations auditionnées depuis 16 mois ont largement condamné, et qui maintient, au mépris des textes internationaux (CEDAW-ONU) dans lesquels la France est engagée, les personnes prostituées dans un statut délictuel. Double peine en somme. - Si si, on veut vous aider, alors on va commencer par vous arrêter - Pas faute non plus, là encore, d’avoir expliqué aux membres de la commission, aux média que le délit de racolage, ça ne fonctionne pas. Faudra-t-il encore revenir là-dessus ?

 

Blocage des sites

Point positif toutefois, l’idée du blocage administratif de sites favorisant la traite à des fins d’exploitation sexuelle nous semble aller dans la bonne direction même si, un projet plus global reste impératif. L’enjeu, là encore, est énorme. Il suffisait de voir comment dès lundi soir, sur les sites type forums de clients, l’heure était à l’inquiétude…

 

Des parlementaires tenaces

Aujourd’hui, nous demandons donc aux fidèles et courageux porteurs de cette proposition de loi de la réengager, au plus vite, à l’Assemblée nationale dans son contenu de décembre 2013. Nous attendons toujours cette loi qui protégera ENFIN les personnes prostituées, favorisera les parcours de sortie en leur en donnant les moyens, accentuera la lutte contre les réseaux et les proxénètes, sensibilisera le grand public et les jeunes à ce qu’est la violence prostitutionnelle et pénalisera les acheteurs.

 

Espoir

Dehors, des personnes attendent notre aide, plus loin, les autres pays nous regardent. La France va-t-elle enfin mettre en oeuvre ce projet d’une société plus juste et plus humaine ? Nous allons continuer de vous soutenir cher(e)s parlementaires, sans calcul, indéfectiblement, mais en espérant que cette fois la lutte ne sera pas vaine. Soyez modernes, soyez résolu(e)s, et surtout, soyez RAPIDES. Si vous avez besoin d’aide, nous sommes à votre disposition. Vite, le temps presse. Faites le pour elles, pour nous, pour vous, pour ce beau pays des droits humains qui aimerait bien le rester, voire le redevenir pour de bon s’il met fin à cette injustice.

 

proposition de loi après examen du 30 mars 2015

 

The Scelles Foundation in the press

  • (ES - Milenio) El ser humano no está a la venta
    El periodismo necesita inversión. Comparte este artículo utilizando los íconos que aparecen en la página. La reproducción de este contenido sin autorización previa está prohibida.
    El periodismo necesita inversión. Comparte este artículo utilizando los íconos que aparecen en la página. La reproducción de este contenido sin autorización previa está prohibida.